COP25 : que faire après l'échec annoncé ?

cop25 : que faire après l'échec ? 

La COP25 se termine à Madrid. C'était un échec annoncé. Il est confirmé par l'ensemble des acteurs de la préservation de la planète et des observateurs présents.

L’échec du collectif ?

La COP, c'est pourtant le lieu théoriquement parfait pour régler les problèmes climatiques : des représentants légitimes de chaque pays, des ONG, des scientifiques, la société civile. Le climat est unique, il n'y a aucun espoir de résoudre le problème seul. Travailler au sein de la COP, se regrouper pour trouver une solution collective. La COP est là, tout va aller pour le mieux.

Et pourtant, nous voici à la fin de la COP… 25. Soit la 25ème année consécutive que l'ensemble du monde se retrouve pour régler ce problème. 25 ans, où tous les ans, les constats s'aggravent : de projections catastrophiques à réalité terrible. 25 ans pour se rendre compte que les scientifiques ont raison depuis plusieurs décennies, 25 ans pour se rendre compte qu’on n’y arrive pas. Une preuve simple : la quantité de CO² dans l'air atmosphérique depuis 1960 augmente, COP ou pas COP.

Les démocraties sont-elles capables ?

Vendredi, les dirigeants des pays développés rentrent dans leur pays et n'agissent pas. L'équation de l'amélioration de la situation climatique est complexe : les pays développés sont les responsables du dérèglement climatique. Pour lutter contre celui-ci, il faut diminuer l'impact carbone de nos activités et donc expliquer que les ambitions de croissance doivent être limitées, voire nulles.

Nous pouvons crier au scandale, à l'incapacité de nos responsables politiques d'être à la hauteur de la situation. Nous pouvons aussi nous rappeler André Comte Sponville, "On a les responsables politiques que l'on mérite".

Comment peut-on imaginer l'émergence d'une nouvelle donne politique prenant en compte la contrainte forte du climat sans un soutien massif de la population ?

La solution au changement climatique viendra donc de la population

La COP ne marche pas ? Accélérons notre engagement, crions notre volonté de changement, félicitons les élèves en grève avec Greta pour le climat, soutenons les ONG de l'affaire du siècle. Engageons-nous politiquement dans les partis, dans les collectifs, dans les syndicats, dans les entreprises pour exiger la prise en compte du péril climatique et du désastre social qu’il engendrera. Votons pour écarter du pouvoir les partis politiques qui ne voient dans le climat qu'une lubie environnementale de plus. 

Seule l'accumulation des mouvements citoyens fera comprendre à nos dirigeants, actuels ou à venir, que nous attendons ce changement, que la population est prête à attendre des solutions contraignantes pour sauver la planète, la vie des habitants et l'air que nos enfants respirent.

Oui, des solutions existent. Il y en a pleins les tiroirs des 25 dernières COP. Les politiques ont simplement peur de les appliquer, du fait de la concurrence des économies mondialisées et d'une peur viscérale d'être rejetés par leur propre population.

Montrons-leur la voie.

 

Alexandre Latz
écologiste, Place Publique, Rassemblé·e·s pour Aubagne

 

 

Articles récents

  • Ecologie : plus personne ne peut l'éviter +

    Le dérèglement climatique et les nombreux appels de scientifiques du monde entier imposent la question de l'écologie dans le débat politique planétaire. Les élections municipales à Aubagne ne font pas exception à la règle. Lire la suite
  • Des initiatives à ne pas manquer +

    La campagne électorale des élections municipales arrive dans les deux dernières semaines avant le premier tour, le 15 mars. La dynamique autour de la liste "Rassemblé·e·s pour Aubagne" ne cesse de grandir, les soutiens se multiplient, les rencontres aussi, partout, dans tous les quartiers. Dans les prochains jours, quatre temps Lire la suite
  • Un condamné sur la liste à Gazay ? +

      Dans quelques heures maintenant, on saura si Gazay a décidé de présenter à l'élection municipale un candidat condamné par la justice prud'homale. Le 27 février à 18h le dépôt des listes sera définitivement clos. Lire la suite
  • Finances et fiscalité : que nous propose-t-on ? +

    Magali Giovannangeli le 10 février, puis Sylvia Barthélémy le 13 février et enfin Gérard Gazay le 20, ont présenté leurs programmes électoraux. Nous pouvons maintenant comparer. C'est ce que nous allons faire dans le domaine des finances et de la fiscalité. Lire la suite
  • Sécurité : ce que proposent Gazay / Barthélémy / Giovannangeli +

    Avec la propreté, la sécurité serait, d'après une enquête d'opinion d'une radio, un des éléments prioritaires du choix des électrices et des électeurs d'Aubagne pour les élections municipales des 15 et 22 mars. Pour mieux éclairer votre décision, nous avons essayé de mettre l'accent sur les propositions essentielles dans ce Lire la suite
  • Soirée Papa Noël de Gazay : morceaux choisis +

    Mèfi a rendu compte de la soirée du 20 février où le maire nous a (re)sorti de sa hotte de Père Noël toutes les promesses de 2014 dont aucune n'a été tenue. Revenons sur quelques moments, pour en rire ... ou en pleurer. Lire la suite
  • Les crèches Sodexo +

    Dans son catalogue 2020 des promesses électorales, Gazay nous informe qu'il va créer 3 nouvelles crèches, une halte garderie... Après 6 ans de diète, la ville va-t-elle se préoccuper de la petite enfance ? Non bien sûr, il ne s'agit pas de cela. Lire la suite
  • 1