Gazay s'assoit sur l'Environnement

gazay s assoit sur l environnement

Immersion dans l'une des expériences les plus incroyables des cinq dernières années. A l'occasion des Assises de l'Environnement qui se tiennent actuellement à Aubagne, la ville d'Aubagne a mis en ligne sur son site un questionnaire supposé renseigner l'équipe au pouvoir sur nos habitudes et notre ressenti. 

Première question : comment jugez-vous l'implication de la ville en termes d'environnement et de développement durable ? Les choix vont de très impliquée à pas du tout impliquée. Bien sûr, inutile de dire que je vote "pas du tout impliquée". La raison ? Les déambulations automobiles de F1 voulues et relayées par le sieur Gazay, aujourd'hui chantre de la dépollution et de la qualité de vie paraît-il.

Seconde question : quels moyens de transport utilise-t-on pour se déplacer dans la ville et dans les communes voisines...

Après cinq années aux responsabilités, le maire a besoin (enfin !) de la parole des habitants pour connaître leurs habitudes. Pas besoin d'un questionnaire, Monsieur Gazay. La ville est saturée de voitures aux heures de pointe, les Aubagnais(e)s plébiscitent le Tramway que vous avez fustigé puis condamné et utilisent les bus avec d'autant plus de facilité qu'il n'y a plus besoin de monnaie ni d'abonnements à renouveler. Gratuité que vous menacez indirectement avec la Métropole puisque la RTM compte bien mettre la main sur tout le réseau et harmoniser les tarifications ce qui revient à détruire la gratuité des transports à Aubagne. Ceci jouera sans doute en faveur de l'environnement j'imagine.

Alerte enfumage : la municipalité "envisage" de développer des pistes cyclables. L'utilisation du verbe en question en dit long sur les délais de mise en place d'un tel système alors qu'en 2014, notre maire préféré, alors candidat, en parlait déjà... Cinq ans après, on ne promet plus, on envisage. Chouette !

A cette question, je préfère ignorer les propositions listées et répondre "autres" histoire de les faire un peu cogiter... C'est bien gentil de questionner la population mais lorsqu'il s'agit en fait de mâcher le travail, ce n'est plus de l'écoute mais du foutage de gueule.

Dans la dernière sous-question de ce deuxième point, la municipalité n'hésite même plus. Elle demande franchement : "quels sont les améliorations à apporter en matière de transport et de mobilité au sein de la ville ?" autrement dit "qu'est-ce qu'on doit faire messieurs dames ?"

Cela fait peut être cinq ans que l'ASDEL, l'association Se Déplacer En Liberté, et V2V, le collectif Voie de Valdonne, expliquent ce que certains habitants veulent pour le territoire et cinq ans qu'on leur explique que des projets sont dans les clous, que ça va se faire, pour finalement déroger à leur parole à l'instar de ce qui s'est fait pour le Valtram, encensé, présenté en grandes pompes puis écarté, ressuscité et enfin actuellement suspendu. Comment ces gens-là doivent-ils prendre le fait que le maire qu'ils ont rencontré à de multiples reprises pour parler transport, publie au bout de cinq ans un questionnaire aussi basique ?

Le troisième volet du questionnaire concerne les déchets... Des questions qui demandent des précisions à propos des habitudes de tri des habitants avec une question qui ne manque pas de sel : quelles sont selon vous les améliorations à apporter en matière de tri et de collecte des déchets ?

La mise en place de sacs à déjection canine est même évoquée pour "améliorer la propreté des rues". Pas l'ombre d'une remise en question ! Le manque de moyens n'est jamais abordé ou proposé. 

Quatrième volet : l'éducation à l'environnement qui est une formulation parfaitement galvaudée. On n'éduque pas à l'environnement, on évolue dans son environnement, on apprend à connaître son environnement, à le protéger etc... 

Cinquième volet : les espaces verts. On nous demande si on fréquente (encore) les parcs de la ville. La question mérite d'être posée quand on sait comment ces espaces verts sont entretenus. 

Point six : notre ressenti par rapport à la pollution. Se sent-on exposé à la pollution ? Qui a pu pondre ce genre de questions ? Sincèrement. Amusez-vous à traverser l'avenue Marcel Pagnol en fin d'après midi ou le matin, et vous pourrez répondre à cette question. Marcher dans la rue de la République à côté des véhicules et vous aurez votre avis. Descendez l'avenue Roger Salengro matin et soir et vous aurez une idée de la réponse à donner etc.

Les propositions sont malgré tout intéressantes car ils ont osé mentionner la pollution "visuelle", c'est à dire les publicités et les enseignes. Il faut bien le dire, pour qui vit en centre ville, c'est devenu une habitude. Mais quiconque vit un peu en périphérie se rend compte de l'abondance de panneaux publicitaires, y compris de taille ridicule en bord de route, mais aussi la profusion d'enseignes lumineuses la nuit avec une utilité que l'on cherche encore à comprendre...

Le questionnaire se termine ainsi avec l'énorme sensation d'avoir renseigné des gens dont on attendait, cinq ans après leur accession aux responsabilités, une expertise plus qu'une écoute tellement inhabituelle qu'on en douterait presque de la sincérité.

Camille Alexandre

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : pour un "groupe de vigilance et d'actions" à Aubagne +

    Au moment où on nous annonce un deuxième décès dû au covid-19 à Aubagne, il est temps de rassembler toutes les forces, sans exclusive, pour faire face à la crise sanitaire qui est encore devant nous. Lire la suite
  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • 1