Une nouvelle fois, Gazay interdit la terrasse d'un point repas

une nouvelle fois Gazay interdit la terrasse d'un point repas

Monsieur Ahmed Fetouhi a racheté l'an dernier un local sur le cours Foch pour en faire un petit lieu de restauration. Quelques mois après l'accord de la commission municipale, on lui a fait savoir qu'en définitive l'autorisation d'une terrasse lui était retirée.

Après avoir pris possession du local commercial inoccupé - il s'agit de l'ancien salon de coiffure "Carré Vogue" sur le cours Foch, entre le cinéma Le Pagnol et le café des Arts - monsieur Fetouhi souhaitait installer un restaurant franchisé, spécialisé dans le domaine des pâtes.

Pâtes à emporter bien sûr, mais aussi à déguster sur place. N'ayant qu'une douzaine de places à l'intérieur, il a donc décidé de demander à la ville l'autorisation d'une petite terrasse (4mx8m) pour bénéficier d'une vingtaine de places supplémentaires à l'extérieur (la photo ci-dessus montre qu'il y a très largement la place, en toute sécurité).

Il a pris soin de venir présenter son projet à tous les autres restaurateurs du cours qui ont accueilli cette idée avec enthousiasme : une dynamique commerciale de plus en centre ville et, de surcroît, non concurrentielle mais, au contraire, complémentaire.

En janvier 2018, le propriétaire reçoit un mail de la commission municipale pour l'informer qu'il avait un avis favorable pour l'installation de sa terrasse démontable.

Mais, surprise, quelques mois après, en septembre 2018, alors que les travaux étaient lancés, on lui fait savoir que l'autorisation lui est retirée.

Les questions de sécurité sont évoquées pour justifier ce retournement de situation, comme à chaque fois que dans cette ville on veut ordonner une réponse négative.

Or aucun document ne peut conforter cette thèse. Depuis toutes les hypothèses circulent : racisme ? quelqu'un d'autre, "mieux placé", voudrait-il l'emplacement ?

Le nouveau propriétaire des lieux, lui, ne rentre pas dans ce jeu. Il a fait appel à un avocat spécialisé et a engagé une procédure contre la mairie. Il est sûr de son bon droit et entend le faire reconnaître.

Mais voilà encore une double démonstration. La première c'est que Gazay n'hésite pas à gaspiller l'argent public dans des frais de justice inutiles alors qu'il ne cesse de justifier toutes les restrictions financières imposés au budget municipal par le manque de moyens de la ville.

La deuxième, c'est qu'au lieu d'aider les Aubagnais.e.s qui le souhaitent à redynamiser le commerce de leur commune, il leur met des bâtons dans les roues, dans le même temps où il déroulent le tapis rouge pour installer des agences immobilières (37 à Aubagne aujourd'hui !) et des banques (31 !).

Antoine Monticellu

 

 

Articles récents

  • La seule liste capable de battre Gazay et le RN +

    Plus de 400 personnes pour la soirée de présentation de la liste, plus de 100 militants mobilisés pour distribuer les documents de campagne dans les 20 000 boîtes aux lettres d'Aubagne, plus de cinquante présents deux ou trois fois par semaine pour aller frapper à toutes les portes dans tous Lire la suite
  • Rassemblé·e·s pour Aubagne : un programme à la hauteur de ses ambitions +

    C’est dans une salle du Bras d’Or remplie de plus de 400 personnes que la liste Rassemblé·e·es pour Aubagne a présenté l’ensemble des colistiers de Magali Giovannangeli. Au menu de ce rendez-vous devant une foule galvanisée, il y avait également une présentation des grands axes du programme pour faire entrer Lire la suite
  • La BACAL ou les fourches caudines de la création locale aubagnaise +

    La BACAL (Bourse d'Aide à la Création Locale) est destinée, sur demande préalable, aux créateurs aubagnais. L'année dernière, les employés de la Médiathèque d’Aubagne et moi (N.D.L.R : la plasticienne Rodia Bayginot qui signe ce texte), pour un projet art et sciences aux prolongements pédagogiques évidents, avons tenté la solution BACAL Lire la suite
  • Barthélémy, la candidate de Macron, a présenté ses "projets" +

    Ce jeudi 13 février à l'Espace des Libertés, Sylvia Barthélémy a présenté ses promesses pour le prochain mandat devant un peu moins de 350 personnes dont une bonne trentaine "d'extérieurs" à Aubagne. Une salle correctement garnie, sans plus, à l'image de la campagne de la candidate et, sans doute, de Lire la suite
  • Bilan Gazay : Bien vivre ensemble +

      Il est des missions dont l’ingratitude suscite la compassion. Mettons-nous à la place de l’individu chargé de rédiger le bilan de Gazay en matière de politiques de solidarité. Que dire, que valoriser, alors que le mandat municipal en la matière navigue entre le vide sidéral et le trou noir ? Lire la suite
  • Bilan Gazay : Coulrophobie ! #lakulturdegazay +

    Le bilan du mandat présente glorieusement d’incroyables détournements… On est partagé entre le rire et les larmes. Dans le domaine culturel et du festif, le Maire s’approprie et s’attribue de nombreux événements qui ont été élaborés, applaudis longtemps avant son arrivée. Un truc à avoir peur des clowns… ça s'appelle Lire la suite
  • Une liste qui nous ressemble et qui nous rassemble +

    La sinistre parenthèse Gazay touche à sa fin. Dans un peu plus d’un mois, les Aubagnaises et les Aubagnais pourront, par les urnes, manifester leur besoin de changement et de renouveau dans une Ville qui n’a cessé, depuis bientôt six ans, de décliner et de se replier sur elle-même. Lire la suite
  • 1