Au service de Tapie et de Gazay

 

Certes, on n'avait pas gardé un souvenir impérissable de son premier passage, lorsqu'il se disait socialiste, voici quelques années, à la direction de l'agence d'Aubagne et La Provence avait déjà affiché ses préférences lors de la campagne des municipales.

Certes, on savait qu'Eric Espanet ne figurait pas parmi les journalistes du quotidien qui ont refusé l'orientation libérale et la soumission professionnelle imposées par Bernard Tapie et préféré partir plutôt que de s'humilier au service d'un marchand de soupe. Mais, avouons-le, on ne s'attendait quand même pas à ce que son retour à la tête de la rédaction locale coïncide avec un alignement aussi spectaculaire sur la nouvelle municipalité UMP !

Effet du zèle militant propre aux néoconvertis ou volonté d'être apprécié des nouveaux maîtres de l'Hôtel de Ville ? Les deux sans doute, mais pas seulement. A peine avait-il signé son premier billet sous le titre "Ruptures", début juin, que nous étions  prévenus : Espanet n'a pas été choisi au hasard par ses patrons. Honte aux Aubagnais qui ne se couchent pas devant le tandem Gazay-Barthélémy ! Et de pointer courageusement les agents municipaux et communautaires "dogmatiques", sommés d'en finir avec "d'ancestrales pratiques" (lesquelles?) héritées des années de joug communiste. Aubagne martyrisée, mais Aubagne libéréeeee !

Ce serait risible si cette jubilation malsaine devant la défaite de la moitié de la population aubagnaise n'accompagnait les mises à l'écart dans les services municipaux où la presse "mal-pensante" (Libé et L'Huma) a disparu au profit du Figaro des droites et du MEDEF. Sans oublier les mesures de rétorsion à l’encontre du confrère La Marseillaise !

Ce serait acceptable du strict point de vue de la liberté du journaliste, si Espanet n'y ajoutait pas une caricature quotidienne des opinions contraires et un commentaire ému et enthousiaste sur la moindre décision de l'équipe UMP. Tout est bon pour convaincre les lecteurs de La Provence des bienfaits du changement : des contorsions douloureuses pour préparer le virage en cours de Barthélémy sur le dossier des Gargues ou celui de Gazay sur la métropole, à la flagornerie grotesque pour justifier la création du poste de "chef du protocole", cire-pompe officiel de monsieur le maire...

Espanet lui consacre une page, à l'occasion du 14 juillet, fête du refus des servitudes !

Mais c'est sans doute normal pour un journaliste domestique...

Dominique Palmi

 

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1