Bilan Gazay : on ne l’appelle pas l’idole des jeunes

 bilan jeunesse allumez le feu

Reconnaissons un mérite à Gérard Gazay : sa communication politique pour défendre son bilan est un excellent antidote à la morosité ambiante. Angoissé par l’épidémie de coronavirus ? Déprimé par les conséquences du dérèglement climatique ? Tétanisé par le prochain repas dominical chez votre belle-mère ? Un remède efficace : la lecture du bilan 2014-2020 de Gérard Gazay. Crise de fou rire garantie !

Le chapitre sur les actions menées en direction de la jeunesse constitue ainsi une excellente démonstration de ce que peut produire l’écriture sous acides. Dans un galimatias grotesque, l’auteur s’autorise les mensonges les plus éhontés, les récupérations les plus indignes et les oublis les plus fâcheux. Jugez plutôt :

Les mensonges :   

  • Il est indiqué que la valeur du « chéquier Jeunes Aubagnais » est de 90 euros contre 30 euros en 2014. Dans les faits, la valeur réelle de ce chéquier était de 57 euros en 2014 et elle atteint péniblement les…31 euros en 2019.
  • Il est mentionné l’obtention du « Label Information Jeunesse » pour 2017-2020 alors que ce label est attribué à Aubagne depuis 2000… et qu’il sera retiré à la Ville lors du déménagement du Service Jeunesse au Pôle Séniors comme le souhaite Gérard Gazay.
  • On annonce 500 jeunes à l’ « Espace Art et Jeunesse ». Pour le coup, nous hésitons entre un mensonge ou un involontaire aveu d’échec. Au-delà du fait qu’un chiffre rond « claque » bien en matière de propagande électorale, il n’est pas mentionné la période sur lequel ce décompte est effectué. Sur une soirée, c’est extraordinaire mais pas crédible. Sur un mois, cela représente une moyenne de 16,6 jeunes Aubagnais fréquentant ce lieu quotidiennement. C’est honorable mais cela ne justifie pas un tel emballement. Sur une année, la fréquentation quotidienne de ce « lieu magique » tombe à 1,36. Et si l’on prend en compte l’année d’inauguration (2016), nous arrivons en fin de compte au chiffre extraordinaire (mais moins clinquant !) d’une fréquentation quotidienne de l’Espace Art et Jeunesse par… 0,45 jeunes Aubagnais. Une vraie réussite ! 

Les récupérations : 

Quand on a rien fait, il est plus facile de s’attribuer les mérites des autres que de reconnaître son incapacité. En la matière, Gérard Gazay excelle. Il reprend, sans vergogne, dans son bilan municipal, des actions initiées et développées par ses prédécesseurs. Jugez encore :

  • Les Projets Jeunes Majeurs : mis en place en place par l’ancienne équipe municipale en 1999.
  • Le Forum des métiers : organisé par la mission locale depuis plus de 20 ans.
  • Le dispositif « Ecobus » : cela fonctionne depuis bientôt 30 ans.
  • La création de formations post-bac au lycée Joliot-Curie : la première classe de BTS a été créée en 1988.
  • Les voyages autour du devoir de mémoire pour les élèves aubagnais : mis en œuvre par Edmond Garcin.
  • l’Université du Son et de l’Image qui fait d’Aubagne la 3ème ville universitaire du département : installation à Aubagne en 1989.

Les oublis : 

Bizarrement, ce qui marquera le mandat de Gazay pour sa politique en faveur de la jeunesse n’apparait pas dans son bilan municipal. C’était pourtant facile à identifier car incarnés par un lieu et une personne.

Le lieu, il est emblématique d’Aubagne car il a réuni pendant plus de 40 ans des dizaines de milliers de jeunes Aubagnais, accueilli des artistes reconnus (ou pas), soutenu et valorisé l’émergence de jeunes talents. En fermant la MJC, Gérard Gazay a envoyé un message clair à la jeunesse aubagnaise : entre mon idéologie et vous, je choisis mon idéologie !

La personne, c’est l’élu qui était censé incarner cette politique. Son jeune âge pouvait laisser supposer qu’il avait une certaine légitimité pour porter des actions en la matière. Son allure et ses centres d’intérêts nous laissaient plus dubitatifs, sauf à considérer que les jeunes Aubagnais raffolent des costumes trois-pièces et développent une passion pour les associations d’Anciens Combattants. Cet élu a fait l’objet, il y a quelques mois d’un rappel à la loi pour tentative d’agression à caractère sexuel. Les faits se sont produits dans les locaux du service Jeunesse. L’élu est toujours en fonction. Tout est dit. Vivement demain !

Pierre Robes

 

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1