Bilan Gazay : Aubagne à l'abandon

bilan gazay aubagne a l abandon

Sur ce thème, la communication électorale frise le Grand Prix de l'Humour... Noir. Le Maire écrit : "Le POS est voté en 2016 et, depuis, les grandes réalisations s'enchaînent". Comme personne ne peut voir de quoi il s'agit, on nous les précise et c'est là que se succèdent les propos les plus loufoques possibles.

On nous sert "une trame verte et bleue pour la préservation des espaces verts". De quoi s'agit-il du massacre des platanes de Lakanal ou ceux du Cours Foch ? De la destruction du Square Henri Barbusse ou du Terrain Berlioux ? De l'anéantissement de la chênaie de La Louve ou des espaces naturels au pied de Garlaban ? Bref, de la mise en pièce systématique m² après m² de tous les espaces verts d'Aubagne ?

On nous fait miroiter "une offre résidentielle maîtrisée et équilibrée". S'agit-il de cette campagne de bétonisation massive de la ville où les promoteurs immobiliers et les géants de la construction sont devenus les véritables décideurs de l'avenir d'Aubagne ?

On nous indique un "déploiement du numérique". Ferait-on allusion à la fibre optique qui après 6 ans de travaux et d'après les opérateurs eux mêmes précisent "qu'à Aubagne, le taux de couverture oscille entre 25 et 50%" ? Ou de la suppression des espaces numériques existants comme celui du PIJ par exemple ?

On nous annonce pour la énième fois "le réaménagement du centre ville". Veut-on revenir sur les 200 mètres de chaussée de Rastègue-Martinot dont l'état laisse déjà penser que leur réfection a eu lieu il y a plusieurs décennies ? Parle-t-on des travaux de la Place de l'Horloge où on se demande ce qui a changé : les futurs "bassins" sachant que l'élection passée, comme pour toutes les fontaines, la ville coupera l'eau (trop cher) ? les cinq mètres de trottoirs de chaque côté ? A moins qu'on souaitait, simplement, mettre l'accent sur la multiplication des immeubles en péril dans le centre ville (dont l'immeuble de sa propre permanence électorale) ?

Après cela, suit une multiplication d'affirmations qui peuvent nous faire pleurer de rire à leur simple énoncé : "pistes cyclables... en 2020"; "fluidification et résorption des points noirs de la circulation"; extension de Pierre Blancard et du pôle d'échange"; "amélioration des transports collectifs"; "amélioration de la voirie"; "nouvel éclairage public" et le bouquet final "une ville nettement plus propre", alors que Aubagne se situe juste derrière Marseille dans les villes les plus sales du département.

Mais où ont-ils vu tout ça ? Ils vivent ici ? Dans tous les cas, c'est sûr, ils n'aiment pas Aubagne.

Antoine Monticellu

 

 

 

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1