Barthélémy, c'est du pipeau

 conseil d etat barthelemy condamnee pour abus de pouvoir

Depuis 2014, Sylvia Barthélémy et son entourage jouent une petite musique qui laisse penser "qu'avec elle, ce serait différent" (comprenez différent de Gazay). On entend même qu'elle serait "très service public et proche de "ses" salariés". Son entourage et ses portes paroles accompagnent cette musique en jouant du pipeau. Et il faut bien reconnaître que ce n'est pas sans effet.

Les faits prouvent le contraire. Elle vient d'être condamnée par le Conseil d'Etat pour avoir voulu révoquer un salarié de catégorie C (le bas de l'échelle de la fonction publique) après s'être acharnée pendant 4 ans dans une procédure judiciaire payée par les contribuables.

Doit-on rappeler le témoignage dans Mèfi de cet autre agent de l'agglo muté aux Ateliers Thérèse Neveu après avoir travaillé au service de ramassage des ordures ménagères. Touché psychologiquement, il accusait : "J'étais au bord du précipice et ils m'ont poussé".

Si on examine les mouvements des cadres de l'ex-agglo, l'écart entre la réalité et la "petite musique" est encore plus probant.

Une procédure judiciaire payée par les contribuables

Il y a d'abord celles et ceux qui ont été mis à l'écart (le DGS qu'elle avait elle-même recruté, la directrice du service économique, le directeur du service tourisme international, le responsable de la filière argile...). On doit y rajouter la grande masse de celles et ceux qui sont partis : le DGS (le suivant !), la DRH, la directrice de la communication, celles de l'urbanisme, du développement durable, le directeur des services financiers... Il ne reste plus que celles et ceux qui n'ont pas, encore, trouvé une porte de sortie. Même son directeur de cabinet est allé se réfugier à Façonéo et son prédécesseur à la SPL a préféré une retraite anticipée.

Et son action sur le territoire ?

Un rapide bilan nous indique que plus AUCUN projet nouveau n'a pu naître depuis avril 2014. Sylvia Barthélémy s'est simplement invitée dans le nid de ses prédécesseurs. Elle a découvert le tramway, la gratuité des transports, l'Université du Temps libre, la Font de Mai, les Zones Agricoles, les Zones Industrielles, les travaux réalisés sur les berges de l'Huveaune, etc, etc...

Elle a même trouvé "utiles et grandioses" l'école de céramique de Provence et l'entreprise d'insertion La Varappe (ce qui ne l'a pas empêchée de diviser leurs subventions par deux) qu'elle avait violemment combattues pendant les mandats antérieurs.

Aucun nouveau projet depuis 2014

La Ressourcerie ? Elle n'a fait que conclure une initiative déjà engagée. La preuve : le responsable du projet était déjà recruté avant son arrivée.

Le Valtram (qui est, aujourd'hui, planté en rase campagne), ce n'est qu'une mauvaise copie du projet Train-Tram (de l'ancienne majorité) qu'elle a stoppé et qui, sans ça, serait, aujourd'hui, en circulation.

Rendons lui justice : elle a mis en place "Les Musicales de la Font de Mai". C'est "sa danseuse". Elle s'est fait plaisir. C'est elle qui décide de la programmation en fonction de ses propres goûts musicaux (reconnaissons qu'ils sont excellents). Mais avec cette volonté de ne pas partager, le lieu choisi oblige ce Festival à rester le privilège d'une poignée.

Ne vous laissez pas tromper par les joueuses et joueurs de pipeaux. En 2014, elle ne faisait pas liste commune avec Gazay pour rien.

"Qui se ressemble s'assemble" dit-on. Entre Barthélémy et Gazay il n'y a pas l'épaisseur d'un papier à cigarette qui les différencie. Sauf l'apparence et la communication.

 Bob Acad

 

 

Articles récents

  • Les crèches Sodexo +

    Dans son catalogue 2020 des promesses électorales, Gazay nous informe qu'il va créer 3 nouvelles crèches, une halte garderie... Après 6 ans de diète, la ville va-t-elle se préoccuper de la petite enfance ? Non bien sûr, il ne s'agit pas de cela. Lire la suite
  • LREM dévoile sa liste "Pour Aubagne" +

    Sylvia Barthélémy qui a obtenu l'investiture des instances nationales de La République En Marche (mais La Retraite En Moins) a fait connaître ses colistiers ce vendredi 21 février au restaurant l'Argilla. Pas de surprise les représentants de LREM et des partis de droite, hors "Les Républicains", se taillent la part Lire la suite
  • Le Garage Burger +

    Le restaurant "Le Garage Burger" est un établissement de restauration rapide que vous devez absolument connaître. Situé à la sortie d'Aubagne, sur la droite en allant vers Napollon au 610 sur la D96, si vous êtes d'Aubagne ou des alentours, il faut vous offrir un déjeuner dans cet endroit au Lire la suite
  • Gazay refait les mêmes promesses qu'en 2014 +

    Pas loin de 500 personnes ce jeudi 20 février à l'Espace des Libertés pour écouter le maire et son équipe nous présenter ce qu'ils appellent un "projet de ville" et qui n'est rien d'autres que la reprise des promesses du candidat Gazay que le maire Gazay n'a pas tenues. Lire la suite
  • Gazay privatise tout… jusqu’à sa campagne électorale ! +

    Depuis 2014, on sait  la mission que s’est assignée le maire LR d’Aubagne : livrer aux intérêts privés les terrains arborés, le patrimoine et les services publics de la ville. Nul besoin d'être "Medium" pour savoir ce qu'il fera si, par malheur, il est réélu. Lire la suite
  • Sondage : Joëlle Mélin arrive ! +

    Un sondage qui vient de nous parvenir confirme, après l'élection présidentielle de 2017 et les européennes de 2019, la place prépondérante du Rassemblement National à Aubagne. Lire la suite
  • Enfin un point d'accord avec la Macronie ! +

    Interview politique sur LCI du 12/02/20, invitée  : Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes. Sujet : En France, les Municipales des 15 et 22 Mars 2020. Lire la suite
  • 1