Emplois réservés

emploisreserves

Depuis le 1er septembre, trois nouveaux cadres sont en poste à la ville d'Aubagne. La directrice du service informatique, elle vient de Marseille, elle travaillait dans son propre cabinet de coaching et conseil. Le directeur adjoint du pôle grands travaux aux services techniques, il vient de Marseille, il travaillait à la Communauté Urbaine de Marseille. Le directeur du pôle social/culture/sport/jeunesse, il vient de Cavaillon, il travaillait à la communauté de communes Provence Luberon Durance.

Pas un seul n'est aubagnais, comme tous les cadres recrutés par Gérard Gazay depuis 2014, de la directrice des finances au directeur de la sécurité, de la directrice de cabinet au directeur adjoint des services techniques, du directeur de la communication à celui de l'événementiel, des collaborateurs de cabinet au responsable à la propreté.

Pour l'ensemble des cadres de la Direction Générale de la ville d'Aubagne, il ne reste plus que deux aubagnais, le Directeur Général des Services Techniques (DGST) et la directrice de l'éducation. A la fin du mandat, parions qu'il n'y en aura plus un. Pour le DGST, on sait qu'il a déjà perdu toutes ses prérogatives de directeur au profit de deux, voire trois, cadres marseillais qui le "chapeautent".

Une Direction Générale animée par le maintenant célèbre Joël, on sait qu'il gagne 9000€ mensuel, presque trois fois plus que son prédécesseur, qu'il a demandé et obtenu une dérogation pour partir à la retraite à 67 ans et continuer à bénéficier de tous ses avantages, qu'il vient de la Communauté Urbaine de Marseille, qu'il en est seulement "détaché" et qu'il pourrait donc réintégrer la Métropole à la fin de son détachement et que, donc, pour une part, il dépend, toujours, administrativement de Marseille.

Bien sûr, tout le monde peut comprendre que certaines compétences doivent être recherchées à l'extérieur. Bien sûr, il est normal et sain, bénéfique même, qu'il puisse y avoir une diversité géographique, au même titre que toutes les autres diversités. Même si, semble-t-il, il est quasi impossible d'obtenir un stage dans les services de la ville suivant la consonance de son nom, c'est Hannibal Rousset , le premier adjoint, qui décide. Là où il y a anormalité, c'est quand être aubagnais devient un obstacle insurmontable pour être cadre municipal.

Dans le même temps, Gazay n'hésite pas à licencier des vacataires et des contractuels, ATSEM dans les écoles et aides ménagères au CCAS, qui sont aubagnais et aubagnaises.

Antoine Monticellu

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1