Primaire à droite : le choix de Giovanni

schipani sarko coppe juppe

En novembre, la droite organise une primaire pour désigner son candidat à l'élection présidentielle. En fait, il s'agit de la primaire de l'UMP, pardon "Les Républicains". En novembre 2016, on va savoir qui de Juppé ou de Sarkozy sera élu président en mai 2017.

Tout le monde connaît l'existence de cette primaire et chacune des déclarations quotidiennes, voire heure par heure, de chacun des postulants. Sauf si vous êtes arrivés à ne regarder aucune télé, gratuite ou payante, sur la TNT ou par satellite, si vous n'avez lu aucun journal, aucun magazine, même ceux consacrés à la pêche ou à la cuisine, si vous avez pu n'écouter aucune radio locale, nationale ou internationale, même celles en langue corse, si vous ne connaissez pas "la toile" et aucun réseau social et si vous n'avez rencontré personne depuis plusieurs années.

A moins de trois mois de l'échéance les élus "Les Républicains" commencent à exprimer publiquement leur préférence. Jean-Claude Gaudin, le toujours patron de la droite régionale, a fait le choix public de Sarkozy. Il sait qu'en cas de victoire, ce sera le plus dur avec toutes celles et tous ceux qui ne l'auront pas soutenu. Juppé, lui, viendra lui manger dans la main pour gagner son ralliement après la primaire.

Giovanni Schipani, le petit élu aubagnais, chargé de rendre les jeunes vieux, très, très vieux, veut trouver là une nouvelle occasion de montrer qu'il existe. Celui qui se promène avec sa compagne dans un véhicule de service a donc fait un choix simple et sans nuance. Il soutient Sarkozy, il prend une photo avec Juppé en lui souhaitant plein succès et il donne son parrainage à Coppé. On n'est jamais assez prudent !

Il réfléchit (le mot est un peu fort) pour savoir ce qu'il va faire pour Fillon et Le Maire. Quant à Kosciusko-Morizet, ce n'est qu'une femme.

A 25 ans, il a tous les vices d'un vieux politicard. Seule compte son ascension dans sa carrière de professionnel de la politique. Mais n'oublions pas son syndrome Dorian Gray. Il a, en vrai, 78 ans.

Antoine Monticellu

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1