La cantine bio de Satoriz

Le début des années 2000 marque l’apparition de préoccupations autour du manger « bon pour la santé ». Le bio s’impose alors comme un mode de vie chez une frange de la population adepte du vélo, et particulièrement critique à l’égard de la ville déshumanisée des zones commerciales.

Symbole de ces paradoxes, l’enseigne « Satoriz, le bio pour tous » et ses 31 magasins ne cachent pas leur ambitions de massifier ce mode de vie. A Aubagne, dans la zone industrielle des Paluds sur la route de Gémenos, on y vient avec son 4x4 pour acheter ses mouchoirs recyclés. Au fond de la salle, est installé l’un des 4 restaurants ouverts en France. La Cantine bio est un havre de paix, à l’abri de la sonnerie des portables, ouvrant sur une terrasse des plus agréables aux beaux jours.

La formule est simple et préparée avec les aliments en vente dans le magasin : 4 plats au choix avec une viande, un poisson, une protéine végétarienne ou une tarte salée, tous accompagnés de 4 assortiments (2 légumes cuits, une salade et une céréale) préparés de la façon la plus saine possible. Tout est bio, et les préparations sans gluten ou sans lait sont notifiées d’un sigle (SG ou SL). De quoi redonner le sourire aux allergologues, et l’appétit aux pourfendeurs de la mal bouffe. Côté dessert, les fromages frais font la part belle à des salades de fruits de saison (sans sucres ajoutés), et des pâtisseries préparées sur place, dont un moelleux chocolat – châtaigne avec des morceaux de marrons entiers.

Si vous souhaitez percer les secrets de fabrication de ces mets, il vous faudra affronter le sérieux et la concentration du Chef, qui de temps en temps sort de son antre pour assurer le service. Mais c’est dans une atmosphère très détendue, et toujours souriante, que les serveurs viendront prendre la commande et vous apporter les assiettes avec une rapidité hors normes.

Les tarifs sont tout-à-fait raisonnables pour une cuisine saine, préparée avec sincérité si ce n’est avec passion : 19 € pour un plat + dessert ou 14 € pour une assiette végétarienne + dessert. Les menus enfants, identiques à ceux des grands mais en quantité moindre, sont à 9,50 €. Pas de quoi en faire tout un fromage de brebis. Un service à emporter est également assuré.

Le lieu est ouvert du lundi au samedi de 12 h. à 14h. pour la partie restauration puis jusqu’à 17 h. pour la partie salon de thé. A noter que les boissons lactées (chocolat, thé…) vous seront servies avec du lait végétal. Pour y accéder autrement qu’en voiture, l’endroit est desservi par les lignes de l’agglo n°1 et 7, ainsi que par les navettes Cartreize n°102, 69 et 68.

Le bio a passé le stade de la mode alimentaire pour embrasser une façon d’être. Les producteurs d’une agriculture raisonnée telle qu’elle se pratique en Pays d’Aubagne ne s’en plaindront pas. Elle réunit (souvent) des sensibilités diverses, adorateurs de Nicolas Hulot ou fan club de Jean-Luc Mélenchon et de son taboulé au quinoa. Même si on ne mangerait pas des graines tous les jours, il serait dommage de se priver de temps à autre d’une nourriture de qualité, gouteuse pas forcément plus coûteuse.

 

Auguste Duchemin

 

 

Articles récents

  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • 1