Si la vitesse tue, qui l'encourage ?

 La pensée hebdomadaire de M. Jean Reynaud :

" Alors que dans les rues d'Aubagne transformées en circuit d'essais pour voitures de course de formule I, certains profitaient de la vitesse spectaculaire de bolides vrombissants, un jeune aubagnais de 20 ans allait être mis en terre, victime de ce pic d’adrénaline.
 
Gageons que certains organisateurs et nos élus qui ont favorisé cette manifestation auront eu une pensée pour lui, à défaut d'un moment de silence.
 
Comment peut-on ainsi faire l'éloge de la vitesse et inciter les jeunes à rouler de plus en plus vite et à prendre des risques vitaux, sans aucune volonté d'interdiction de ce processus et se contenter de vouloir limiter ailleurs la vitesse à 80km/h ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raymond Lloret au Parti Socialiste ?

La période électorale de 2017 a confirmé une évolution des mentalités. Exigence de renouvellement des élus, transparence voire remise en cause des partis traditionnels notamment de ceux qui ont gouverné. C'est ainsi en particulier que le PS explose mais que Les Républicains aussi sont mis en difficulté.

Lire la suite...

Contre-Bilan de M. Gazay

Un peu en décalé à cause des Fêtes de Pâques, mon ressenti sur ce "bilan" est en totale contradiction avec celui présenté par notre édile. J'ajouterai que j'ai une certaine indigestion - non à cause du chocolat - mais de sa représentation tant exagérée.

Elle contraste avec l'homme renfermé, fuyant les initiatives des gens mais présent uniquement à celles des banques et assimilés. Pourtant, ces derniers ne lui témoignent rien en retour (échec des négociations avec la RBS).

Alors voici mon constat : un Maire sans projets et passéiste ; un Maire destructeur ; un Maire aux mauvais choix ; un Maire de plus en plus isolé ; un Maire mauvais gestionnaire. Développons :


Un Maire sans projets et passéiste

Maintes fois répétés à grands frais, les timides investissements ont été très peu (et mal) réalisés, reportés voire annulés. Aubagne est devenue une ville fantôme où seules les ombres du passé (exemple :" Il était une fois Aubagne en 1895", pâle copie des villes voisines) errent comme des zombies dans les rues désertes. La Culture a été décapitée, faute de moyens dédiés et est loin  d'apporter toute la diversité nécessaire.
Aubagne n'a plus d'attraits et il ne suffit pas d'ajouter " en Provence " pour faire venir les visiteurs. Comble de suffisance et d'incompétence, la démarche administrative n'a pas été faite auprès des instances administratives pour entériner le changement de nom. Comparez les résultats à ce jour avec les promesses pré-électorales  et post 2014 !


Un Maire destructeur

Par idéologie revancharde, en 4 ans, il a détruit l'image d'Aubagne en éteignant  ses lieux de vie : l'espace des libertés en quasi abandon, réveillé seulement par la volonté des associations ; l'épicerie sociale ; la piscine du Bras d'Or, réduite à l'état de friche (en plein Centre-Ville) pour y mettre quoi à la place ? la Bourse du Travail et les locaux syndicaux ; la tentative avortée (grâce à la mobilisation) de déplacer le Secours Populaire et les Restos du Coeur ; le quartier de La Tourtelle, déclaré de non-droit, laissé sans eau et à la merci des rats ; les associations au budget exsangue et pour certaines réduites à néant (MJC) ; la restauration scolaire  livrée au Privé ; le départ du Service Réanimations de l'Hôpital public d'Aubagne vers la Clinique privée de La Casamance...
Forcément, dans ce déchaînement de renoncements et de destructions, je dois en oublier. Vous pouvez compléter par vous-même.


Un Maire aux mauvais choix

Stratégie anti-Jeunesse : fini la MJC, le complexe cinématographique, la Piscine, les terrains et complexes sportifs annoncés ; ségrégation de la Population : que vous soyez riches ou puissants ... ; annonce de la fin de la gratuité des transports pour 2021 ; refus de l'aménagement des Gargues.
En dépit du bon sens et de la tendance universelle pour la lutte contre la pollution : l'abandon du tramway et du Train-Tram sur la voie de Valdonne avec l'aménagement de la ville et des extérieurs dans le territoire qui en découlaient sont des fautes inadmissibles. On assiste à la livraison, pieds et mains liés, de la ville à La Métropole.


Un Maire de plus en plus isolé

On le disait  déjà en 2014, mais les électeurs ont fait le (mauvais) choix : la coalition de droite est arrivée divisée par l'ambition politicienne : conflit larvé entre les deux prétendants ; le leurre du Val'Tram (omniprésent dans le "grand" (sic !) projet du Centre-Ville) est le plus dramatique exemple ; les maires du Pays de l'Etoile  font l'amère constatation de cette mégalomanie et pire devront faire face à la colère de leurs administrés ; la population d'Aubagne ne supporte plus d'être segmentée ; les Services Publics -brimés- ne veulent plus être embrigadés. L'engagement de rassembler est un engagement non-tenu !

Certains établissements financiers et nombre de commerçants n'ont plus confiance en la Mairie tant les délais de remboursements ou de paiement des factures s'allongent. Les grands discours, l'emportement, l'autoritarisme ne sont que l'expression d'une dérive du pouvoir enfreignant bien souvent les règles de bienséance pour cacher ce qui ne doit pas être découvert. Cette forme d'aveuglement n'est plus tolérable.
A l'extérieur d'Aubagne, tous les Maires de l'Ex-Agglo se désolidarisent du Maire d'Aubagne et soutiennent l'action du personnel médical de l'Hôpital d'Aubagne pour le maintien du Service Réanimations  dans le pôle Public.

 

Un Maire mauvais gestionnaire

Malgré un budget de fonctionnement en miettes et la nullité des investissements pour la Commune, la dette reste stable sinon plus élevée. Les 75 millions d'Euros budgétés pour la procédure RBS ont disparu. Faut-il les ajouter à la dette tout comme les 300 millions de dédommagement exigés par Immochan et la bulle financière des commerçants non-payés ? 
La stabilité des impôts, argument mis souvent en avant, ne survivra plus longtemps. Elle concernera non seulement notre ville mais aussi le Pays d'Aubagne et de l'Etoile puisque c'est la Métropole qui est mise en cause suite à une décision inadéquate de la majorité droitière du Conseil Municipal d'Aubagne.
Un engagement non-tenu qui se rajoute à une grande liste ! Fin de l'énumération.

Alors M. Gazay, votre réel bilan est désastreux et ressemble à un tour de passe-passe mais votre magie est tristement illusoire car votre truc est mal ficelé !

Les Aubagnais dans 2 ans s'exprimeront pour la vérité des faits  et la survie de leur Ville.

 

Gilles Lejeune

 

 

 

 

 

Retour sur les vœux « métropolitains » de Mme Barthélémy

Son discours du 28 janvier dans La Provence (3/4 de page) n'est-il pas fait quelques jours après seulement un fiasco ?

Alors que Mme Barthélémy déclare que les territoires ne sont pas près de disparaître, la rumeur gouvernementale d'une fusion Métropole-Département enfle. Elle qualifie de décisive le comité de pilotage du Valtram du 29 janvier. C'est un flop retentissant car cette réunion se conclu par le report du projet.

Elle poursuit par des exemples de réussite caractéristiques du Pays d'Aubagne en "oubliant" de préciser que ces derniers ne doivent rien à sa mandature mais sont dus à l'ancienne municipalité de Gauche et Ecologique comme l'Office de Tourisme Intercommunal, le Val-Tram "en panne" qui n'est qu'un pis-aller au train-tram, la gratuité des Transports - en sursis jusqu'en 2021 - là aussi un souhait de la droite locale, etc.

Par ailleurs, n'est-il pas choquant de constater que ce discours se déroule dans les locaux de l'Argila, lieu créé aussi par l'ancienne municipalité ?

Bref, des vœux un peu hâtifs et maladroits mais nécessaires sans doute pour se replacer dans l'optique des prochaines échéances électorales.

Gilles Lejeune

 

 

Voie de Valdonne

Non Monsieur Serrus, vice président aux transports de la métropole ! L'intérêt général, ce n'est pas Marseille ... vos propos sont très contestables !

En préambule, je précise que les phrases mises entre guillemets sont empruntées à M. Daniel Béhar, géographe et professeur à l'école d'Urbanisme de Paris.

D'abord, à mon sens, l'intérêt général est éphémère. En effet, "comment tenir compte des flux de population ? 40% des gens en moyenne auront déménagé entre 2 élections et ceux qui votent sont souvent ceux qui dorment sur place, sans forcément y vivre."

Il ne peut être un critère fiable.

Il ne faut pas négliger aussi que "l'emploi n'est plus là où résident les populations et que le e-commerce modifie de plus en plus les donnes ".

Par ailleurs, "une ville moyenne par exemple, ne se conçoit plus sans son articulation à la Métropole, avec des gens qui travaillent à un endroit et habitent à un autre".

"Un territoire ne peut être géré isolément. Il faut penser accessibilité (des Services, des Emplois), fluidité et sécurité des parcours".

Seule une voie ferrée sur un site propre le permet.

"Les Territoires vont devoir de plus en plus coopérer les uns avec les autres, fonctionner en réseau, créer des alliances".

Une liaison autoroutière n'a pas cette proximité.

Elle  ne peut répondre aux problèmes fondamentaux de la Société et surtout être utile en terme de logistique urbaine (plateformes de guichets de Services dans les Mairies) ni servir à la transition écologique.

Il faut donc irriguer les Centres-Villes des communes et des villages afin de les revitaliser.

"Aujourd'hui, les mouvements se font dans tous les sens, vers les grandes villes qui continuent à se densifier et aussi vers les zones rurales qui se repeuplent car il y a aussi des populations qui cherchent des conditions de vie plus agréables dans des environnements moins contraints".

Ce que vous proposez Monsieur Serrus, c'est un LEURRE succédant à celui du Val'Tram pour cacher les gâchis financiers  sur ce territoire de cette gouvernance de droite  tout en subtilisant les dotations au profit de la ville de Marseille.

Face à votre autoritarisme, les élus et la population vous invitent au dialogue.

Ils ont d'autres propositions : économies sur le Val'Tram ou mieux retour au Train-Tram.

Gilles Lejeune 

Mr Max Aievola a souhaité répondre à notre article « La colère de M. Bacchio, restaurant le 3 Farfalle »

"Je souhaite en effet éclaircir certains points. Notre entreprise a décider de venir s'installer à Aubagne suite à une longue réflexion initiée en 2014 et 2015 à l'occasion des journées de l'entreprise à l'Agora a cette époque nous avions le choix des territoires : Amplifier notre présence sur Marseille, aller sur le pays d'Aix ou faire le choix du Pays d'Aubagne et de l'étoile.

C'est à Aubagne que nous avons décidé de nous installer dans le cadre d'un projet global articulé à la fois sur la clientèle familiale et locale , mais également sur la clientèle de Groupe susceptible de venir découvrir Aubagne . Le local que nous venons de prendre et justement destiné à répondre à l'accueil de groupe de plus de 30 personnes , en effet notre établissement de la rue Rastegue ne compte du 30 places en intérieur . 

Ce nouveau lieu sera également un lieu d'exposition , d'échanges , les Aubagnais pourront louer cette petite salle avec ou sans service Traiteur..Nos confrères pour leur besoins pourront également la louer .l'établissement disposera effectivement d'une Terrasse Mais pas couverte pour respecter le cachet de cette Magnifique place et de ses arbres .

Enfin Nous sommes membres de la Fédération Italienne des Cuisiniers et actif au sein de notre fédération , je n'ai pas pour habitude de venir gêner ou concurrencer un confrère devant sa porte . Evidemment notre thématique est la Gastronomie Italienne puisque nous sommes Italien . Mais nous proposons des produits totalement différents de notre voisin , un concept et une approche également différente M Bacchio n'à pas a s’inquiéter de notre installation sur la place Joseph Rau , je lui ai d'ailleurs rendu visite pour le rassurer .

Un dernier point je soutient activement la Mairie dans son travail , vous le savez " L'art est difficile et la Critique Facile " Les Aubagnais que j'ai croisé sont ravis du nouvel aspect de la rue Rastégue , sur le fait que Aubagne soit Sale je ne crois pas que seule la mairie puisse supporter cette responsabilité , les Habitants aussi doivent respecter leur ville et leurs voisines"

Max Aievola 

 

Suite à notre article sur la colère de M.Bacchio, le 3 Farfalle, dans un mail qu'il nous envoie et que, bien entendu, nous publions tel que nous l'avons reçu et sans aucune modification, le patron de la chaîne Zia Concetta confirme (ce que nous avions annoncé) l'autorisation qu'il vient d'avoir pour s'implanter place Joseph Rau et son engagement militant auprès du maire d'Aubagne (ce que nous avions aussi souligné).

La Rédaction

Réformes sur fond de détresse

macron degage

Plus de doute possible, M. Macron est de Droite (pour ceux qui en douteraient encore) ! Notre Président de La République se targue de réformer à tout va. Il continue simplement le travail peu glorieux de ses prédécesseurs. En effet, tout va dans le sens des plus riches (ISF, Entreprises, Loi Travail) et à l'encontre des moins aisés (SNCF, Retraités, Chomeurs).

Lire la suite...

Imposture : CSG et Taxe d'Habitation


Macron ,Castaner et consorts, nos Pinocchios nationaux, répondent sans vergogne aux médias que notre pouvoir d’achat sera augmenté en 2018 pour des millions de personnes.

Le cas de notre foyer après simulation sur le "site d’impots.gouv" démontre l’inverse : taxe d’habitation 2017, 2327 € , nous attendons toujours la baisse de 15% promise par Gazay.

Revenu imposable 2017 du foyer fiscal 38006 €,2 parts, nous sommes éligible à la baisse de 30 % de la taxe d’habitation, soit 698 €. Quelle joie !!!

Malheureusement nous sommes également éligibles à l’augmention de 1.7 point de la CSG,ce qui représente un prélèvement de 717 € sur nos revenus.

Conséquence : – 19 € sur nos ressources et une baisse conséquente de notre pouvoir d’achat après les augmentations du début d’année ; carburant, gaz, PV…

Merci Macron qui nous prend pour des c…Ce que nous sommes sans doute. À Aubagne nous en avons l’habitude.

Coup de gueule d'un couple de retraités aubagnais

De la SNCF à Aubagne

Quand même une vérité est sortie à l'occasion des débats sur l'avenir de la SNCF ! Ce 1er Mars 2018 à 8h40 sur LCI, un ancien Ministre des Transports (UMP ?) a avoué que la dette de la SNCF n'est pas imputable aux Cheminots mais aux projets des différents gouvernements et élus successifs.

Son seul tort, c'est d'avoir prêté de l'argent à l'Etat pour réaliser ce que lui demandé ce dernier. Pour le remerciement que l'on sait aujourd'hui !

Mais ce que s'est empressé de dire ce Ministre, c'est que c'était une bonne dette ! Elle favorise l'aménagement du Territoire, l'investissement, crée des infrastructures permettant de favoriser l'Emploi.

Visiblement tout le contraire de ce que pense notre droite locale qui, dès son arrivée au Pouvoir après une campagne mensongère et calomnieuse, a tout cassé !

Elle a stoppé - non pas la dette - mais la vitalité des pays dont elle avait la charge ; on le vit maintenant avec le scandale du Val-Tram qui n'a jamais été qu'un leurre !

A Aubagne, l'investissement y est déficitaire, la dette, la mauvaise cette fois, celle qui ne produit rien, est toujours aussi forte tout en mettant en difficulté les commerçants, les entreprises et les fournisseurs dans l'attente d'un trop lointain paiement.

Pour terminer la boucle et bien comprendre le titre, c'est cette même Droite locale qui exigeait, lors d'une récente réunion avec la SNCF pour la Ligne Nouvelle PACA (ex LGV), une gare souterraine à AUBAGNE... Bien sûr aux frais de la SNCF d'abord et de nous les contribuables ensuite !

Gilles LEJEUNE

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR