Guide Duchemin

Duchemin en Corse : restaurant La Pietra

La Pietra, restaurant en Corse

Le restaurant "La Pietra" est à Ile Rousse. Idéalement placé, face à la mer, on y entre du côté du port, à l'embarcadère des Ferries Corse-Continent.

Déjeuner ou dîner au bord de l'eau, accompagné du doux bruit des vagues qui viennent terminer leurs courses sur les rochers rouges de la côte, est un des premiers privilèges  que vous offre ce restaurant.

Mais bien sûr, cela ne vous suffirait pas pour contenter vos papilles. Là, c'est le chef étoilé par les clients, Pierrot Chapoutot, qui s'en occupe.

Chaque jour, une carte variée de produits frais et locaux, vous est proposée.

Le chef a fait le tour du monde, Inde, Canada, Allemagne, France... et Corse. Les plats vous laissent découvrir ses voyages, les influences des continents se mélangent très harmonieusement, pourtant avec des techniques culinaires ancestrales et des produits insulaires.

Les poissons sont frais et issus de la pêche locale. Les viandes sont livrées tous les jours par des éleveurs de La Balagne. Pour chaque plat, il faudra compter entre 19 et 28€. 

Des desserts, il y en a pour tous les goûts, de la tarte au citron au café gourmand en passant par un vacherin ou une poire champagne. Tous confectionnés "maison". On vous recommande les profiteroles.

La Corse et son identité, mais ouverte au monde et sur le monde. La Corse de "I Muvrini" et de Jean-François Bernardini, celle qu'on aime.

Deux défauts à corriger. Dans un tel établissement, on attend un service plus professionnel. Les prix nous semblent élevés, malgré la qualité de la prestation. Il vous faudra compter entre 50 et 80 € par personne. La présence, très agréable, d'un piano-bar ne peut pas justifier un tel coût.

Auguste Duchemin

 

la pietra restaurant en Corse 1

Clément et Olivier, la pause sucrée salée

Clément et Olivier, c’est d’abord une biscuiterie artisanale-salon de thé où l’on peut déguster un thé tout en savourant de délicieux biscuits faits maison. C’est aussi l’endroit idéal pour une pause salée, autour d’une assiette végétarienne élaborée avec des légumes frais de saison.

Clément le Marseillais et Olivier l’Aubagnais sont amis depuis le lycée et ont toujours eu envie de faire quelque chose ensemble à Aubagne. L’occasion s’est présentée l’an dernier quand la maison Silvain a fermé sa boutique : Olivier, le pâtissier de l’enseigne, décide de se lancer avec  Clément qui troque sa calculette de comptable contre le tablier de serveur, pour notre plus grand plaisir.

Côté sucré : croquants aux amandes, madeleines au miel ou au citron glacées à l’huile d’olive, macarons traditionnels, rochers au bon goût de coco, meringues aériennes, fines tuiles aux amandes, noisettes ou chocolat, sablés, financiers, cake au citron ou pain d’épices à l’écorce d’orange sont un enchantement pour les papilles. Olivier travaille également avec bonheur le chocolat, exclusivement du chocolat Valrhona (les connaisseurs apprécieront) et confectionne lui-même ses sujets pour les fêtes.

Côté salé, la table suit les saisons et met à l’honneur les produits du marché d’Aubagne. Le concept est simple : une assiette végétarienne du jour composée d’une salade, d’une part de tarte salée et d’une tranche de cake, salé également. Cake tomates séchées feta, poivrons ou petits pois, tarte aux pointes d’asperges ou aux champignons, une cuisine toute simple mais raffinée, respectueuse de l’environnement, sans gaspillage. L’assiette du jour est proposée le midi à 7,50€  (il est préférable de réserver), et peut être consommée sur place ou emportée. Et si une petite gourmandise vous tente en dessert -et on vous invite vivement à céder à la tentation- une assiette de 3 biscuits maison à composer soi-même, accompagnée d’une boisson, complèteront votre pause gourmande.

Avec l’arrivée des beaux jours, les amateurs d’esquimaux au bon goût naturel de fruits seront aux anges avec les glaces artisanales bio, à déguster sur place ou à emporter,  de la fabrique ardéchoise  Terre adélice.

Auguste Duchemin

Clément et Olivier, 1 avenue Jeanne d’Arc à Aubagne. Tél. 09 54 05 53 09

Ouvert du mardi au samedi de 9h à 19h et le dimanche de 9h à 12h30

Actualité de la boutique à suivre sur Facebook

 

Photo : Clément (à gauche) et Olivier (à droite) sont aux petits soins des gourmands.

Le Régence

Un des trois restaurants d'Aubagne situés sur le cours Foch, Le Régence bénéficie d'une belle terrasse d'une centaine de couverts au cœur d'Aubagne.

A l'intérieur, partagé avec un espace brasserie au moment des repas, on retrouve une quarantaine de places bien agréables pour les rares jours où le froid vous saisit la tête et les os.

Le service est de qualité. Le personnel est en nombre et à votre service, efficace, discret, tout bien formaté "école hôtelière", avec toutes les formules bien apprises qui vont avec. La patronne a l'oeil sur tout et sur toutes et tous, les clients, les serveuses et les serveurs, votre emplacement, votre boisson, vos conditions d'accueil et votre confort.

Deux plats du jours vous sont proposés pour 10,50€. Une formule qu'on vous conseille, plat du jour / café gourmand pour 15€ est le repas idéal pour les "salariés de midi".

Six salades copieuses et gourmandes, de véritable repas, vous satisferont pleinement pour une somme comprise entre 13,50 et 16,50€. Mais d'autres choix, plus élaborés, vous attendent : 7 plats possibles (de 11,50€ à 13€), 8 sortes de viande à la plancha (de 13 à 19,50€) accompagnées de frites maison, de salade ou de légumes ou 17 plats cuisinés (de 13 à 17,50€).

Pour 6€, vous aurez droit à un choix de 9 desserts possibles et on vous recommande le café gourmand, excellent et copieux, encore plus que le reste.

Tous les plats sont présentés avec soin et parfaitement cuisinés par un chef exceptionnel avec des produits frais.

Bref une cantine parfaite et un excellent restaurant pour un repas familial ou entre amis. Un vrai grand restaurant qui ne le sait pas.

Auguste Duchemin

 

Le 66, c’est le Restaurant du Parc !!

Un rappel mythique de la grande route américaine, pour ce restaurant niché dans les tendres vallonnements du Parc Jean Moulin. Un décor idyllique.

Des enfants qui jouent au loin, des amateurs de Taï chi qui font tout ce qu’ils peuvent pour réunir le ciel et la terre dans un écrin vert arboré et apaisant…

Le temps suspend son vol et une fois, installés sur une terrasse en bois, le soleil vous est proposé soit plein phare soit tamisé. De douces paghjelle*  vous transportent jusque dans l’île d’à coté !!

Le service est cordial, familial et souriant. Les hôtes sont aux petits soins.
La carte est très gourmande : des tourtes, des salades, des poissons, des viandes, des spécialités corses.
La cuisine est faite avec soin, les cuissons à point et les goûts délicieux.

On compte de 13 euros à 20 euros pour les plats à la carte.
Les plats du jour sont tous inspirés par l’insularité, on y déguste du foie de veau persillé succulent ou du veau aux olives et d’autres spécialités…

Si vous voulez avoir l’impression d’être en vacances dans la plus belle région du monde, allez y passer un moment avec vos amis, vous aurez envie d’y retourner !

Auguste Duchemin

 

Tél : 04 42 32 93 09

515 avenue du 21 Août 1944
13400 Aubagne

Retrouvez le 66 sur Facebook

Un rappel de la route 66 par les Rolling Stones et par Nat King Cole 

 

* La paghjella (au pluriel paghjelle) est un chant polyphonique traditionnel corse, composé de six vers de huit syllabes, où un rythme est recréé à chaque parole et engendre la poésie. Ce chant est généralement chanté par trois hommes ayant chacun un rôle prédéfini :

  • Ubassu (qui représente la force) est celui qui a la voix la plus grave.
  • Aseconda (qui représente la sagesse) est le chanteur principal de la polyphonie (celui qui entonne le chant).
  • Aterza (qui représente la beauté) est le chanteur avec la voix la plus haute, il amène des ornementations riches plus aigües qui embellissent le chant des autres et termine l'accord.

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Hôpital : mobilisation générale le 5 août ! +

    L'Agence Régionale de Santé (ARS), après avoir renouvelé pour 5 ans, le 16 décembre 2016, l'autorisation d'activité du service réanimation de l'hôpital d'Aubagne, a fait savoir sa décision de transférer ce service à la clinique privée La Casamance. Depuis, les organisations syndicales, regroupées au sein d'une intersyndicale, des citoyens, des Lire la suite
  • Le quotidien La Provence ne se vend plus +

    D'après des indiscrétions du secteur commercial la diffusion de La Provence sur Aubagne serait en chute libre. On parle d'environ 300 journaux quotidiens diffusés pour environ 20 000 familles. Lire la suite
  • Accessibilité encore +

    Beaucoup d'articles dans la presse quotidienne sur l'accessibilité et la mobilité des personnes à mobilité réduite. Il nous semble, au travers de ces articles, qu'il y a un décalage entre les paroles et les actes affichés par la municipalité. Volontarisme de façade contredit par les réalisations concrètes, et à ce propos, Lire la suite
  • Plus de nettoyage à la médiathèque ? +

    Le 21 avril, Gazay avait convoqué un Comité Technique pour proposer une réorganisation du service nettoiement des bâtiments communaux pour "économiser" 287 000€. Lire la suite
  • Ramassage des déchets : des problèmes d'effectif +

    Depuis plusieurs mois maintenant, dans tous les quartiers de la ville, le nombre de celles et ceux qui se plaignent du manque de propreté ne cesse d'augmenter. Il en est de même pour l'entretien de la voirie, des espaces verts et des équipements de proximité.  Lire la suite
  • Le miroir aux alouettes +

    Une remarque faite lors d'une discussion à bâtons rompus au sujet de l'article « Aubagne balle au pied » paru dans l'AJJ de juillet : "La personne qui l'a écrit n'est pas d'Aubagne et en plus il n'a qu'un pied celui là, il ne doit pas être très bon au foot". Lire la suite
  • Quid du Plan Propreté du candidat Gazay ? +

    Il y a les mots, les palabres, les grands discours que l'on assène devant une assemblée acquise. Et puis il y a les faits qui démontrent, démontent et enterrent. En 2014, le candidat Gazay revêtait ses plus beaux tissus pour se muer en Monsieur Propre. En 2017, la ville est Lire la suite
  • 1